La communication consciente

« C’est d’être éveillé qu’est faite notre amitié »

Rumi

La façon dont nous parlons aux autres et les écoutons suffit à elle seule à transmettre l’amour et la haine, l’acceptation ou le rejet. La parole juste, celle qui exprime la révérence à l’égard de la vie, est celle qui ne dit que le vrai et le bénéfique. Pourtant, nos réactions aux autres sont tellement fondés sur nos désirs et nos peurs qu’il nous est bien difficile de discerner ce vrai du bénéfique.

Comment parler et écouter avec le cœur? Les pratiques de communications suivantes vont vous permettre de rester conscient et garder le cœur ouvert dans vos échanges à venir.

Poser votre intention

Commencer par cette pratique élémentaire qui consiste à déterminer votre intention d’être présent, honnête et bienveillant dans vos relations aux autres, quelles que soient les circonstances. Rappelez-vous cette résolution au début de chaque journée, au début de chaque rencontre avec vos collègues de bureau, ou avant toute interaction avec autrui.

Faites de votre corps une ancre

Choisissez deux ou trois points de contact, des zones de votre corps où vous pouvez réveiller un sens de présence. Par exemple les sensations associées à la respiration, ou ce que vous ressentez du côté de vos épaules, de vos mains, de votre estomac, de vos pieds…Revenez-y aussi souvent que possible quand vous communiquez avec les autres. Plus vous vous attacherez à rester conscient de ces points de contact au cours de votre journée, plus vous pourrez maintenir facilement une présence incarnée quand vous serez en relation avec les autres.

Écoutez avec le cœur

Pendant que les autres parlent, essayez d’évacuer vos propres pensées et soyez attentif à ce qui est en train d’être dit. Cela veut dire renoncer au programme que vous aviez fixé à cette conversation. Demeurez conscient des sensations et des sentiments qui surgissent dans votre corps et plus particulièrement dans la région du cœur. Soyez particulièrement conscient des vagabondages de votre esprit, qui tourne vite au jugement. Si vous en venez à concevoir de la négativité, de l’analyse ou de l’interprétation, accueillez ces pensées en pleine conscience, laissez les passer et revenez à l’écoute réceptive.  Cela ne signifie pas que vous êtes d’accord avec tout ce qui peut alors être dit, mais que vous respectez l’autre en lui offrant votre pleine présence et toute votre attention. Faites en sorte que votre écoute soit sincère et profonde, en demeurant attentive au ton de la personne, au volume de sa voix, à ses mots. Au-delà du contenu de ce qui est dit, autorisez-vous à percevoir l’humeur et l’esprit ainsi exprimés.

Parler avec le cœur

Essayez de ne pas préparer ni répéter à l’avance ce que vous comptez dire, surtout pendant que l’autre est en train de parler. Mais à l’instant présent dit ce qui apparait comme vrai et sensé. Il peut s’agir d’une réponse à ce que vous venez d’entendre. Ou bien comme cela se produit dans le dialogue conscient, il ne sera peut-être pas nécessaire de répondre. En revanche, ce que vous direz naîtra du flux d’expérience qui est immédiatement le vôtre. Parler avec le cœur commence par l’écoute intérieure. Parler assez lentement pour rester consciemment relié à votre corps et à votre esprit.

Marquez une pause, détendez-vous, soyez là

Lors de vos échanges, marquer régulièrement un temps d’arrêt. Faites-le brièvement avant de parler et après. Pendant que vous parlez, marquez une pause pour vous reconnecter avec votre corps et vos sensations.  Marquez un nouveau temps d’arrêt quand l’autre a fini de parlera, laissant ainsi de l’espace pour que ces paroles puissent trouver leur place. À chacune de ces pauses, détendez votre corps et votre esprit. Reposez dans cette amplitude, pleinement attentive à l’expérience de cet instant.

Après avoir marqué un temps d’arrêt, vous pouvez approfondir votre attention par le biais de l’introspection intérieure afin de consulter votre propre cœur et votre esprit. Demandez-vous : « Qu’est-ce qui est vrai en ce moment? Que suis-je en train de ressentir? » Approfondissez votre conscience de l’autre en vous demandant : « Qu’est-elle en train de vivre cette personne? » L’introspection est à la fois active et réceptive : vous posez des questions et cherchez à comprendre délibérément, en vous ouvrant à tout ce qui est susceptible de se présenter à vous. Servez-vous du triptyque temps-détente-présence à chaque fois que vous vous en souviendrez, comme une voie d’accès sacré à la pure présence.

Pratiquez l’acceptation

L’effort d’être présent et éveillé l’un avec l’autre constitue une authentique leçon d’humilité. Il fait peu de doute que nous allions inévitablement, à un moment ou à un autre, oublier notre intention de départ, oublier de bous connecter à notre corps, oublier d’écouter sans rien penser en même temps, oublier de ne pas préparer nos réponses, oublier, oublier, oublier! Aussi envisagez l’ensemble du processus par le prisme de l’acceptation bienveillante, en ne cessant pas de vous pardonner, ainsi qu’aux autres, d’être aussi parfaitement imparfait. Quand nos relations se déploient au sein de l’acceptation bienveillante, la véritable intimité devient possible.

« S’entrainer à être présent les uns avec les autres est une manière d’intégrer la pleine conscience et l’amour bienveillant à notre vie de tous les jours. »

Extrait de; L’acceptation radicale, Tara Brach

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s