Comment gérer vos blocages

Parfois, quand vous essayez de vous imprégner de ce qui est bon, vous butez sur un blocage, telles des pensées distrayantes. Les blocages sont courants. Ils ne sont ni mauvais ni condamnables, mais ils se mettent vraiment en travers de votre chemin. Pour les contourner, vous pouvez les explorer en développant l’acceptation de soi et voir ce qu’il est possible d’apprendre sur vous-même. L’un des aspects précieux de cette méthode est qu’elle révèle souvent d’autres problèmes, comme une réticence sous-jacente à vous laisser vous sentir bien. Si c’est le cas, vous pourrez gérer ces difficultés en vous inspirant des suggestions ci-dessous. Avec la pratique et du temps, les obstacles finissent généralement par être levés.

Je suis facilement distrait : pour maintenir votre attention sur les expériences positives, focalisez-vous sur leurs aspects stimulants.

Je suis incapable d’être en contact avec mon corps ou mes sentiments : explorez des sensations agréables simples comme le contât de l’eau chaude sur vos mains ou l’apaisement de l’expiration, et familiarisez-vous avec elles.

Me mettre à l’écoute de ma propre expérience me met mal à l’aise : installez-vous dans un cadre sécurisant et rappelez-vous que vous n’av. pas à vous inquiéter de ce qui se passe à l’extérieur.

J’analyse trop les choses, je sors de l’expérience : ramenez l’attention dans votre corps et vos émotions.

J’ai du mal à recevoir, y compris une bonne expérience : inspirez et sentez que vous pouvez laisser entrer quelque chose sans crainte.

Je crains d’être moins efficace au travail ou dans la vie si je ne me sens plus « affamé » : prenez conscience qu’en renforçant des ressources internes comme la confiance en soi et le bonheur vous ne pouvez que contribuer à votre succès.

J’ai peur de baisser la garde si je me sens mieux, car c’est comme ça que les gens se font avoir : rappelez-vous que vous pouvez rester vigilant tout en vous sentant bien.

Je trouve que chercher à se sentir bien est égoïste, vain ou honteux, que c’est déloyal ou injuste vis-à-vis de ceux qui souffrent, que je ne le mérite pas : il est moral de rechercher le bien-être de tous les êtres, y compris le vôtre.

J’ai peur d’en vouloir plus et d’être déçu si je m’autorise à me sentir bien : si vous vous sentez bien aujourd’hui , reconnaissez qu’il y a des fortes chances que vous vous sentez bien demain et que vous ne serez pas déçu.

J’ai été puni parce que j’étais dynamique ou heureux : reconnaissez que les personnes qui vous entourent aujourd’hui sont différentes de celle de votre enfance.

J’ai la conviction qu’il n’y a rien de bon en moi : le bien que les autres voient en vous n’est pas une illusion. Il est réel, aussi réel que vos mains.

Je ne vois pas pourquoi je me sentirais bien alors qu’il y a  toujours des choses qui vont mal : sachez que le négatif n’enlève rien au positif : le trou n’élimine pas le beignet.

Ne sous-estime pas ce qui est bon, en disant : « il ne m’en reviendra pas. » Comme la cruche, goute à goute s’emplit d’eau, le sage petit à petit s’emplit de ce qui es bon.

Dhammapada

Extrait de « Le cerveau du bonheur » Rick Hanson

 

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s