Noël ou le secret des mondes

Au cœur des forêts des Carpates, mes arrières-grands-parents tenaient une auberge solitaire : on y entendait les nuits d’hiver hurler les loups.

Il n’était pas rare pas rare alors de sauver in extremis de la meute qui l’avait pris en chasse un voyageur égaré. Quand les ballots de paille enflammés en toute hâte flambaient et crépitaient jusqu’aux étoiles, les hurlements s’éloignaient.

Voilà ce que racontait ma grand-mère quand j’avais quatre ans. elle m’a légué les loups, les forêts et la démesure en toutes choses : l’infini des terreurs et l’infini des espérances.

Aujourd’hui c’est un des récits qui m’est rendu.

Nuit glaciale. La forêt est profonde, inextricable. Un vieil homme agard d’épuisement se fraie passage, une lanterne à la main. Il trébuche pitoyablement, tente de se retenir aux branches, son visage est lacéré par les pointes givrées, ses bras cruellement égratignés. Enfin sa course prend fin : dans une chaumière au milieu d’une clairière, la porte s’est ouverte. Une vieille femme se précipite et l’acceuille dans ses bras. Elle le tire effondré, le traîne jusqu’à l’âtre, le hisse dans un fauteuil à bascule. Penchées vers lui, la main sur son front, elle murmure en le berçant « oui, oui, voilà, voilà… »Elle accompagne ses gémissements de sa litanie « oui, oui… »tisse une interminable guirlande amoureuse « oui, oui… »

Le visage du vieil homme s’apaise, s’adoucit. Les heures s’égrènent. C’est maintenant le visage d’un homme mûr et tranquille. Les heures s’écoulent encore. C’est le visage d’un homme dans LA force de l’âge, puis celui d’un homme jeune qui rêve. Au blanchiment de l’aube c’est le visage d’un homme encadré de mèches folles. Puis bientôt celui d’un enfant, d’un tout jeune enfant. Aux premiers rayons de l’aurore, il ouvre les yeux de nouveau noyés de l’infini. Le cycle est accompli.

Ce mystère porte en lui la quintessence du mystère de Noël. Cette nuit glaciale, n’Est-ce pas celle dans laquelle nous nous sommes tous fourvoyés, notre nuit à tous, le plus souvent à la vue des autres?

La vie nous a usés. La plus cruelle vieillesse n’est pas organique : elle est celle des cœurs. Nous sommes devenus de vieux morts-vivants, amers. L’éclat est perdu : nos espérances sont écornées : nous nous sommes accommodés de désespérer du monde. Trahison des trahisons.

Comment dans cette nuit de solstice d’hiver le plus interminable de l’année, la nuit des tueurs d’Hérode et des longs couteaux tirés, le retournement serait-il possible, seulement pensable? Comment?

C’est là l’entier mystère : la coïncidence de l’abîme et de la cime. C’est dans cette nuit là te dans aucune autre que le miracle va advenir. Et il advient! Dans la nuit des femmes, la nuit de la patience infinie… « oui, oui… » la nuit des génisses la nuit des entrailles!

Même si l’homme doit mourir , la Vie lui est donnée pour naître, pour naître et pour renaître…

C’est la naissance qui lui est promise et non la mort.

Tous les chevaux du roi. tous les tanks et tous les bombardiers de toutes les armées du monde ne sauraient retenir l’irrésistible entrailles montée dans l’aube!

Il n’est plus d’acquiescer pour qu’en toi le miracle s’accomplisse!

Heureuse naissance, oui, joyeux Noël.

 

Extrait du livre ; Derniers fragments d’un long Voyage Christiane Singer

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s