Pour une relation de coaching Transformatrice

« La pleine conscience renforce la capacité des coachs à être pleinement présent à leurs coachés, à leur donner le sentiment d’être pleinement entendus et pleinement vus dans le cadre d’une relation où leur expérience unique est acceptée sans jugement. Quand le client se « sent senti » par le coach, la relation de coaching peut devenir réellement transformatrice »

Michael Chakalson, Méditer au travail, pour concilier sérénité et efficacité.

Les trois conditions fondamentales du changement dans le cadre d’un coaching ont été décrites par Carl Rogers dans les années 1950. La première pourrait être qualifiée d’authenticité, de réalité ou de congruence. Plus le coach reste lui-même dans la relation, sans se dissimuler derrière un masque ou une façade, plus le coaché peut changer de façon constructive. Pour y parvenir le coach doit être ouvert aux émotions et aux attitudes qu’il expérimente à tout moment et à les accepter. L’entraînement à la pleine conscience renforce sensiblement cette capacité.

La deuxième condition essentielle pour favoriser le changement est l’acceptationce que Rogers appelait le « regard positif inconditionnel ». Quand le coach considère le coaché tel qu’il est dans l’instant avec une attitude positive, acceptante, le changement est plus susceptible de se produire. Pour y parvenir, le coach doit permettre au client d’être avec ses émotions immédiates, de les expérimenter qu’il s’agisse de confusion, de ressentiment, de peur, de colère, de courage, d’amour ou de fierté. Or, la bienveillance, l’ouverture et l’acceptation sont les résultats naturels de l’entraînement à la pleine conscience.

La troisième condition fondamentale est la compréhension authentique. Celle-ci implique que le coach perçoive précisément les émotions et les références personnelles du coaché. Ensuite, le coach transmet cette compréhension au coaché. Dans le meilleur des cas, il perçoit si bien le monde intérieur du coaché qu’il peut clarifier les références dont ce dernier est conscient, mais également celles qui évoluent juste en deçà de sa conscience. Peu de gens bénéficient de ce type d’écoute active sensible. « Nous pensons que nous écoutons écrivait Rogers, mais nous n’écoutons que très rarement en témoignant une réelle compréhension, une véritable empathie. Pourtant, cette forme d’écoute très particulière est l’une de forces de changement les plus puissantes que je connaisse. »

Mon expérience m’incite à penser qu’un des facteurs les plus efficaces et transformateurs du coaching est le fruit de mes propres efforts pour préserver une attitude consciente avant, après et pendant le coaching. En maintenant l’espace  de la pleine conscience ouvert, je suis en relation avec mon coaché le plus pleinement possible.

« Rien n’est plus utile à un coaché que ma présence consciente continuelle »

 

 

Une réflexion sur “Pour une relation de coaching Transformatrice

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s