La théorie U

La théorie du changement transformationnel de Scharmer est une synthèse de multiples ancrages allant de la phénoménologie à la psychodynamique et à l’existentialisme. Officiellement intitulée : « Theory U, A Social Technology of Presencing », cette théorie du changement montre ses couleurs par une association des mots présence (presence) et ressentir (sensing)Presencing étant un état d’attention intensifié qui permet aux individus et aux groupes de déplacer le centre intérieur à partir duquel ils fonctionnent. Lorsque ce changement se fait, ils peuvent alors opérer à partir d’un espace de possibles qu’ils sentent vouloir émerger. Ces possibles constituent donc le futur qu’une personne sera en mesure de percevoir et le changement qui se sera produit pourra être profond. Vivre une telle expérience peut être ressenti comme un moment marquant dans la vie et, de ce fait, la faculté d’accompagner un tel changement est critique. Selon Scharmer, cet art serait la pierre angulaire du leadership d’aujourd’hui qui devrait devenir collaboratif pour réussir à composer avec la complexité des enjeux actuels.

Ce lieu d’authenticité, où l’esprit, le coeur et la volonté convergent vers l’ouverture, cet état de conscience permet de voir émerger la nouveauté, l’idée surprenante ou inattendue qui sera par la suite mise en forme, esquissée avec plus de précision, puis mise en oeuvre dans l’action. Cette approche invite l’humain à plonger en lui-même, dans les profondeurs de son être, un domaine qui peut lui sembler inaccessible, de peur d’être confronté à des jugements à l’emporte pièce des autres qui les émettent pour se défendre de l’évidence et du cynisme et de la peur qu’elles suscitent.

Dans cette perspective, l’essence de la théorie U est de capter le processus individuel, tacite et souvent intuitif que traversent les personnes créatives – quelles soient entrepreneures, inventrices ou artistes – lorsqu’elles génèrent une idée et de le matérialiser dans une méthodologie pouvant être utilisée collectivement et consciemment pour créer des opportunités de changement (Senge et al., 2004). Comme le souligne Scharmer (2009), ce n’est qu’après avoir exploré les différentes théories du développement social et du changement comme l’approche non violente de Gandhi, le bouddhisme, le confucianisme et le taoïsme, et après avoir baigné dans la philosophie de Henry David Thoreau, Martin Buber, Friedrich Nietzsche, Edmund Husserl, Martin Heidegger, Jürgen Habermas, Aristote et Platon, que l’image de la courbe en U a émergé. En effet, les processus transformationnels sont aisément représentables sous la forme d’une courbe en U (Mahy, 2005 ; Carle, 2009). Plus précisément, au coeur de ce processus de transformation selon une courbe en U se révélerait le point aveugle de notre époque, selon Scharmer (2009). Connaître l’endroit à partir duquel nous opérons dans le monde ou, dit autrement, connaître nos ancrages, individuellement et collectivement, constituerait le point aveugle auquel fait référence Scharmer (2009). Le processus en U aurait donc comme point focal la révélation.

 

« Partir. Sortir. Se laisser un jour séduire. Devenir plusieurs, braver l’extérieur,bifurquer ailleurs. Voici les trois premières étrangetés, les trois variétés d’altérité, les trois premières façons de s’exposer. Je ne saurai jamais plus qui je suis, où je suis, d’où je viens, où je vais, par où passer. »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s